L’écran vert ( ou Chromakey ) est un outil précieux pour les créateurs, il permet de créer des vidéos de qualité avec des effets visuels des plus impressionnants. Cependant avant de vous lancer dans l’exercice, voici quelques conseils qui pourront vous être utiles.

1. L’éclairage

La lumière est cruciale quand vous voulez réaliser une vidéo de qualité. Assurez vous de répartir la lumière sur l’écran vert de façon uniforme afin de ne pas avoir plusieurs nuances de vert différentes et de vous faciliter la tâche en post production.

Même la meilleure des caméras et le meilleur des programme ne pourraient corriger un mauvais éclairage. Si la lumière est répandue de façon homogène sur l’écran, il vous sera plus facile de retirer le fond et le rendre transparent.

Pour préparer un écran vert au mieux, 6 apports de lumières sont nécessaires. Deux ou trois lumières sont utilisées pour éclairer le fond ( toujours, de manière uniforme). Une fois le fond éclairé, il faut passer à l’éclairage des / du protagoniste. Le premier pas est d’ajouter une lumière à l’arrière de l’acteur : le mieux est de la placer derrière les épaules et la tête de l’acteur. Cet apport de lumière sert à différencier l’acteur du fond. Attention à ne pas créer une sorte de halo derrière la personne.

Enfin, il faut mettre en place la lumière principale, celle qui éclaire le visage et le corps de l’acteur. Elle doit être diffusée de manière uniforme. Le prochain point de lumière va aussi sur l’acteur  et sert à éclairer le côté opposé de l’acteur. Combiné à la lumière principale ce point de lumière sert à créer un léger contraste sur le visage pour le faire ressortir sur l’écran.

Le but du jeu pour un  bon éclairage : ne pas avoir de zones vertes claires ou vertes foncées.

2. Bien choisir sa surface

Les écrans de couleurs peuvent être soit bleu, soit vert. Les écrans verts sont plus répandus que les bleus à cause des yeux bleus qui pourraient disparaître sur un fond bleu. Ces couleurs sont utilisées parce qu’elle ne sont présentes dans aucune couleur de peau existantes. Quand vous retirez tout le vert et le bleu, l’acteur ressortira clairement du moment qu’il ne porte pas de vert ou de bleu.

Vous pouvez créer un écran vert à partir de plusieurs matière : papier, mur peint, tissu du moment qu’il a une apparence régulière.  Un tissu froissé ou un papier brillant ne fonctionneront pas, il faut s’assurer une surface aussi homogène que la lumière qui y sera diffusée.

3. Attention aux débordements 

L’un des plus gros défi avec l’écran vert est de s’assurer que l’acteur ne se déplace pas au delà de l’écran vert et qu’aucun des ses membres disparaissent du cadre. Une main qui dépasse ne serait-ce qu’un tout petit peu du cadre peut ruiner la captation entière. Une petite répétition avant le shooting peut donc s’avérer très utile.

4. Attention aux reflets et aux cheveux blonds 

Même si votre éclairage arrière est parfait, les cheveux blonds ou fins peuvent être un problème. La couleur jaune est proche du vert. La solution à ce problème : l’utilisation d’une gélatine couleur magenta sur la lampe qui est responsable de l’éclairage arrière.

Un autre défi : celui de vaincre les reflets, attention donc à éviter les lunettes, les bijoux brillants et globalement tout ce qui est susceptible de renvoyer de la lumière.

5. Attention aux ombres

Il faut bien faire attention que votre acteur ne soit pas trop proche de l’écran vert afin que son ombre ne s’y retrouve pas. Si l’écran est assombri et crée une autre nuance de vert, le travail de post production sera multiplié par deux.

6. Bien choisir son logiciel 

Fianl Cut Pro, Adobe Illustrator, Adobe Première et I-Movie peuvent être utilisé en post-production. I-Movie est un bon logiciel pour commencer puisqu’il est facile à utiliser et qu’il est gratuit pour les propriétaires d’un iMac.

Tout sur l’écran vert en vidéo : 

Source

Leave a Reply